Mariage : Glamuse dévoile la lingerie idéale pour le jour J

Lingerie pour la mariée : les bons conseils

Pour les futur(e)s marié(e)s, c’est le grand rush : Entre surexcitation et stress intense, la ‘to-do list’ n’en finit pas de s’allonger et les jours filent à vitesse grand V. Le moindre petit détail compte pour faire de cette journée un moment I-NOU-BLI-ABLE, à commencer par la tenue de Madame… Si le choix de la robe est décisif pour donner le ton, celui des dessous l’est tout autant.    

Trouver l’ensemble chic et sexy de ses rêves et qui fera chavirer Jules le soir de ses noces relève bien souvent du casse-tête. Car la lingerie de mariage doit être féminine, élégante, tendance, confortable, subtile, sculptante, discrète, adaptée à la couleur et à la forme de la robe, etc… Le tout en reflétant la personnalité de la mariée. On vous l’avait dit, un sacré capharnaüm !

Les expertes Glamuse partagent leurs trucs & astuces en présentant une sélection issue des des plus belles marques pour faire le tri et enfin trouver l’accord parfait.

Les 5 règles d’or de la lingerie mariage

Que la mariée soit une éternelle romantique ou une sexy bride-to-be (future mariée), il y a quelques principes à respecter à la lettre pour se sentir au top sous le feu des projecteurs.

#1 Choisir la forme du soutien-gorge en fonction de sa robe

Avec une robe bustier : Avec ou sans soutien-gorge ? C’est bien là la première question à se poser… Si la réponse est oui, alors les bretelles sont à exclure, vous l’aurez deviné. On opte pour le bandeau à coques intégrées avec des baleines et des bandes siliconées pour un meilleur maintien ou un soutien-gorge bustier, de manière à éviter tout «accident de parcours» au long de cette folle journée (hum-hum…).

Avec une robe au décolleté plongeant à l’avant : On mise bien évidemment sur un soutien-gorge avec une découpe plongeante entre les deux bonnets pour assurer un maximum de discrétion tout en garantissant un bon maintien de la poitrine.

Pour les petits bonnets, le soutien-gorge triangle promet un confort certain. Le push-up (ou plunge) galbe et un balconnet avec une forme en «V» garantira un effet naturel.

Avec une robe très décolletée dans le dos : le choix est ici simple. Ces dames pourront aller au plus simple en ne mettant rien, ou bien adopter un soutien-gorge auto-adhésif ou bien encore une bande dos-nu élastique et ajustable qui assurera une discrétion optimale.

Avec une robe très près du corps : il ne faudrait pas que les invités louchent sur les marques apparentes du shorty… On troque le string (effet «rôti endimanché») pour une jolie et confortable pièce de lingerie sculptante. De nombreuses options sont possibles selon les goûts de chacune : culotte haute, jupe ou robe, ou encore body

#2 La journée : priorité à la discrétion des dessous

La nuit de noce est (ou plutôt peut être pour les plus courageuses) celle de toutes les folies. Mais le jour, les sous-vêtements doivent être invisibles. Cela passe par le choix de la couleur et la matière. Le satin, par exemple, marque très facilement. Il faudra dans ce cas choisir un bonnet lisse avec des modèles en micro fibres ou sans couture. Selon les robes, seront donc à exclure les volants et les nœuds imposants.

Côté couleur, le blanc a ce petit quelque chose de virginal et de romantique, mais ce n’est bien sûr pas la seule option. Sans partir dans le rouge carmin ou le bleu électrique, le blanc cassé et les couleurs ivoire, chair, crème et rose poudré restent subtiles.

#3 Privilégier la qualité et le confort des sous-vêtements

Exit la culotte en coton côtelé qui gratte et «hello» la dentelle de Calais ! S’il y a bien un jour où l’on se doit de se faire plaisir tout en étant à l’aise, c’est bien celui-ci. La vraie corseterie est un métier d’art, un savoir-faire délicat et authentique dont il serait dommage de ne pas gratifier votre commode. Et vous verrez… vous aurez plaisir à ressortir votre ensemble du jour J pour les grandes occasions (contrairement à la robe de mariée qu’on aura soigneusement rangée dans son dressing).

#4 Anticiper en soignant la préparation de sa lingerie

Comment s’épargner panique, déception e tutti quanti du genre «Oh oui, cet ensemble est trop beau ! Oh non, il va pas du tout avec ma robe !» ? Facile : comme pour les chaussures et autres accessoires, on amène sa lingerie prévue pour le jour J aux séances d’essayage de la robe. Et bien oui, ce serait dommage de ne pas s’assurer que CE choix, si mûrement réfléchi depuis des mois, est bel et bien le bon…

#5 Nuisette ou babydoll, on n’oublie pas de se faire plaisir !

Parlons peu, parlons bien : il est parfois difficile de concilier ensemble de jour et lingerie de nuit de noces. Même si le coup de la jarretière fait toujours son petit effet, le porte-jarretelle est moins de circonstance pour se lancer dans une danse endiablée sur la piste. On ne voudra pas baisser les yeux et se rendre compte que nos bas sont descendus jusqu’à nos chevilles inopinément…

Et pourquoi ne pas prévoir d’agrémenter sa tenue de touches sexy une fois arrivée dans la suite nuptiale ? Mille options sont possibles Guêpière, babydoll ou nuisette, accessoires… Monsieur sera sans nul doute charmé par cette petite attention rien que pour lui !

Photo de couverture : Ray of Light de PrimaDonna 

Laisser un commentaire