Le porte-jarretelles : une histoire bien ficelée

histoire du porte-jarretelles

Objet de fantasme et outil de séduction ultime, la réputation du porte-jarretelles n’est aujourd’hui plus à faire… Mais l’histoire de cette pièce iconique empreinte d’érotisme ne s’est pas bâtie en un jour.

Les origines attachantes du porte-jarretelles

Tout commence à la période de la Renaissance où l’impératif stylistique impose aux deux sexes d’habiller leurs jambes de bas qui montent jusqu’en haut des cuisses. Pour ne pas que ceux-ci tombent constamment sur les chevilles (ce qui en aurait laisser plus d’un pantois !),  une solution de maintien indispensable fût trouvée pour imposer sa praticité et respecter la bienséance : la jarretière (qui se fixait au jarret, d’où son nom), ancêtre du porte-jarretelles. 

Femme nouant sa jarretière
Femme nouant sa jarretière dans « La toilette » de François Boucher – 1742

Durant les siècles qui suivirent, les médecins firent le constat « alarmant » que les élastiques de cet accessoire provoquaient des problèmes de circulation sanguine. Celui-ci tomba donc en désuétude. En 1876 (ou 1878 selon les sources), un corsetier français appelé Féréol Dedieu dépose un brevet d’une fine ceinture équipée de jarretelles pour suspendre le bas. Ainsi était né le porte-jarretelles tel que nous le connaissons aujourd’hui, mais il ne rencontrera pas un succès immédiat. Il se démocratisera toutefois progressivement avec l’incorporation des jarretelles aux corsets, et plus tard des guêpières.

Les lettres de noblesse du porte-jarretelles

Depuis sa création, le porte-jarretelles connu de nombreuses variations de popularité. Mis en avant comme un vêtement noble par le grand couturier Paul Poiret dans les années 30, il tomba ensuite dans l’oubli avec les restrictions matérielles de la Seconde Guerre Mondiale. De grandes actrices comme Marlène Dietrich s’en firent les ambassadrices, mais sans grand succès.  Jusqu’à l’apparition du collant dans les années 1960, le porte-jarretelles avait une fonction utilitaire. Il faudra attendre les années 70 et les grands créateurs de lingerie comme Chantal Thomass pour réhabiliter l’image élégante du porte-jarretelles. il devient donc un objet de séduction, d’érotisme, et enfin un symbole de féminité.

Marlène Dietrich en porte-jarretelles
Marlène Dietrich dans le film « L’Angle Bleu » (1930)

Ces évolutions s’opèrent grâce à la vision et l’audace de la haute couture du XXème siècle. Adapter l’image du porte-jarretelles ne fut pas une tâche facile : d’un objet d’obscénité à une marque de distinction, le dessous avait un long chemin à parcourir. Le cinéma eut peut-être le plus grand impact sur les idées reçues liées au porte-jarretelles. Brigitte Bardot, Sophia Loren, Catherine Deneuve dévoilent leur lingerie dans des long-métrages salués par la critique, dans lesquels elles incarnent des femmes douces mais fortes, qui choisissent de séduire. On casse alors le tabou de la sensualité grossière, on accorde à la femme d’être séduisante sans être vulgaire.

Le porte-jarretelles contemporain et ses déclinaisons

Plus qu’une pièce de lingerie, le porte-jarretelles est un symbole de libération, d’endossement de sa féminité. Il devient alors un objet à la portée de toutes, tel que nous le connaissons aujourd’hui. Il se porte sur les hanches pour redessiner les courbes ou sur les hanches pour sublimer la chute de rein.

Il se décline aussi bien sûr façon guêpière et serre-taille, voire même en version body pour sculpter le buste et allonger la silhouette tout en sensualité.

Et pour celles qui se demandent encore si le porte-jarretelles se place au-dessus ou en-dessous de la culotte, il n’y a pas de règle contrairement aux idées reçues. Tout est une question de préférence et de maintien. Sinon, il est toujours possible de trancher en optant pour l’un de ces modèles qui allie praticité et glamour.

Lingerie de mariage, inspiration sexy, les occasions d’accessoiriser sa parure de lingerie avec un porte-jarretelles ou l’une de ses déclinaisons sont nombreuses. Oser et s’assumer resteront les maîtres mots pour révéler pleinement sa féminité.

Photo de Couverture :
Femme Passion d’Aubade